Milo Urban – Le fouet vivant

Ráztoky, un village perdu au milieu de nulle part et loin de tout. Les habitants ont une idée vague et naïve de la guerre, mais seulement jusqu’au jour où ils s’y trouvent directement confrontés. Les deux dernières années de la Première Guerre mondiale. Eva, une jeune paysanne qui, pour que son mari rentre plus vite à la maison, cède aux avances du notaire. En échange, le notaire lui
promet d’essayer de le convaincre. Eva tombe enceinte et pratiquement tout le village, avec à sa tête le prêtre, fustige cette grossesse. Dans ce livre, l’auteur décrit la dévastation des relations humaines causée par la guerre et les effets de celle-ci sur l’homme, son comportement et ses actes. Le livre comporte deux parties. Le titre de la première partie, « Les mains perdues »,
symbolise la mutilation des personnes, l’incapacité à agir et la conscience que les champs sont recouverts de glace et qu’il n’y a personne dans le village pour l’enlever. La deuxième partie est pleine de révoltes : contre les autorités, contre le destin. C’est une étrange réconciliation cathartique de la vie avec la mort.

Traduction Michel Chasteau
Maison d’édition Librairie Arthème Fayard

Programme

Chers visiteurs, vous trouverez bientôt sur ce site le programme complet des présentations des auteurs slovaques, ainsi que de leurs oeuvres, dans le pavillon de Bratislava à LIVRE PARIS 2019.